Make your own free website on Tripod.com


ENTREVUE SUR LE SITE CLUB DES MONSTRES EN OCTOBRE 2009

Le créateur et éditeur des MONSTRES DE LA NUIT, grand collectionneur d'affiches, films et mémoire vivante du cinéma fantastique répond à nos questions. Pour l'avoir rencontré récemment à Nice, on se permet de le tutoyer...  

Comment se sont déroulées les approches de la télévision Niçoise pour ces deux portraits-entrevues que l'on retrouve désormais sur internet ? (cliquer ici)

La première interview date de 1991 et à cette époque là j'étais depuis 4 ans le leader du groupe de Variétés "AZUR TROPICAL". Mon chanteur Roger travaillait à la maison d'arrêt de Nice, or comme on répétait à la prison même, dans les sous-terrains, le directeur nous avait demandé si on était d'accord pour organiser une fois par mois au Quartier des Femmes, une après-midi dansante. OK. Et à partir de là, l'information est venue aux oreilles de FR3, qui d'ailleurs nous ont fait un reportage filmé, et c'est là que j'ai rencontré Bernard Persia qui présentait le journal à 19 Heures. C'était un fou de Johnny Halliday et lorsqu'il a su que l'on se produisait dans des bals populaires, il m'a demandé s'il pouvait venir faire un boeuf... Donc au fil des mois, je lui ai parlé de mes activités et c'est ainsi qu'il est venu un matin avec son équipe filmer mon appartement, une partie de mes collections et faire une interview...

En ce qui concerne la deuxième interview, c'est Canal 4O une chaîne câblé qui relate tout ce qui se passe sur la côte d'Azur qui était au courant de mes expos et qui m'a contacté en me demandant si j'étais d'accord pour une émission portrait...

Tu racontes dans ton portrait télévisé que c'est suite à une maladie que tu as lu le DRACULA de Bram Stoker et que la fascination pour le fantastique est née. Ton père était-il amateur de fantastique ou c'est le seul classique qu'il avait ?

Effectivement à l'âge de 6, 7 ans j'ai eu la rougeole et, à cours de magazine, j'ai fureté dans la bibliothèque de mon père et j'ai découvert ce fameux "DRACULA" de Bram Stoker, édition MARABOUT, que je possède toujours. Mon père n'a jamais été un grand fan du cinéma fantastique, bien que dans sa jeunesse il avait vu : Frankenstein, King Kong, l'Homme au Masque de Cire, mais jamais Dracula. Avec moi, mes parents ont plutôt été servis puisque grâce au super 8, je leur passais des condensés de la Hammer ou de l'Universal. Je crois que ça été ma meilleure époque...

Pour le cinéma en salle, quels ont été tes premiers frissons ?

Alors pour le cinéma en salle. Tu sais au début j'allais au cinéma avec mes grands-parents notamment avec ma grand mère et comme la pauvre était sourde, on allait voir des westerns italiens au cinéma LE PAX à Nice. Avec mes parents c'était plutôt des westerns américains genre "5 CARTE A ABATTRE, LE COLLIER DE FER, "L'OR DE MAC KENNA"... ou bien des films avec Louis de Funes... Mon premier film d'horreur, je l'ai vu en séchant un cours de mathématiques et c'était L'EMPREINTE DE FRANKENSTEIN d'où je suis tombé "amoureux" de Peter Cushing. J'ai été littéralement fasciné par son jeu de scène et il faut dire terrorisé par la créature. Je crois je suis resté aux 3 séances!!! A l'époque c'était du permanent...

Tu semble très fasciné par la Hammer, parle nous des qualités que tu apprécie chez leur classiques.

Je suis et je le resterai jusqu'à ma mort et pourquoi dans l'eau delà comme disait notre cher Vincent Price, un énorme fan de la Hammer. C'est mon époque, c'est là où bercé par la variété des années 70, j'ai vu  pratiquement tous les grands classiques de la Hammer. Je le disais à la question précédente, j'étais un admirateur de Peter Cushing, plus que de Christopher Lee que je trouvais moins bon que lui. J'appréciais chez Hammer toute l'équipe qui travaillait autour, un peu si tu veux comme chez Corman avec Daniel Haller, Floyd Crosby, Ronald Stein, Les Baxter. Chez Hammer on était jamais déçu que ce soit par la beauté des décors avec cette formidable ambiance victorienne, la musique lancinante et qui martelait l'écran avec ses percussions orchestrée par le grand James Bernard, les décors de Bernard Robinson, Jack Asher et Arthur Grant ont été des chefs opérateurs monstrueux et puis que dire de tous ces réalisateurs qui ont contribués à faire des oeuvres immortelles: Fisher, Gilling, Baker, Sasdy, Francis....Je pense que la Hammer a été le digne successeur de l'Universal en apportant tout une cohorte de nouveautés qui ont totalement révolutionnés le cinéma fantastique! Je ne citerai que l'apport de la couleur, le sang apparaîtra dans sa couleur naturelle, tous les grands monstres mis dans des scénarios nerveux et servis par une pléiade d'acteurs irréprochables, même les seconds rôles. Que dire aussi de toutes ces starlettes qui ont fait la joie de nous émerveiller de leurs charmes : Yvonne Romains, Yvonne Furneaux, Yvonne Monlaur, Ingrid Pitt, Dawn Addams, Marie Devereux....

Tu as rencontré Peter Cushing et Christopher Lee, peux-tu nous en parler ?

J'ai effectivement rencontré Peter Cushing deux fois exactement et je peux te dire que ces deux journées passées en sa compagnie resteront les heures les plus merveilleuses que j'ai connues... Il faut dire que Peter était un personnage remarquable, d'une extrême bonté et d'une gentillesse hors norme. C'était quelqu'un de très érudit et malheureusement lorsque je l'ai rencontré, il venait de perdre Helen son épouse. Peter n'a eu qu'un seul amour dans sa vie et ce fut Helen. Il m'a parlé longuement d'elle avec des larmes aux yeux et de sa carrière chez Hammer. Il a été très surpris du savoir que j'avais sur ses films et notamment sur les dialogues que je connaissais par coeur. C'est un homme que lorsqu'on était avec lui, on avait plus envie de le quitter tellement c'était un plaisir de parler de cette fastidieuse époque! J'ai su beaucoup de chose par lui que je raconterai plus tard dans un livre que je compte sortir sur sa vie à l'écran. A ma deuxième rencontre, qui était beaucoup plus tard, il m'avait invité à passer une semaine chez lui mais malheureusement quelques mois après il était victime d'une méchante maladie et ne put me recevoir. A sa mort, j'ai versé des larmes et je ne m'en cache pas, et j'ai été outré, scandalisé de voir que la France, commandé à cette époque par des couilles molles, n'a rendu aucun hommage, alors que la semaine précédente, Burt Lancanster nous avait quitté et il avait diffusé : TANT QU'il Y AURA DES HOMMES... A vomir...

J'ai rencontré Christopher Lee à Monaco et lorsque j'ai abordé la période la Hammer, il m'a demandé gentiment de changé mon fusil d'épaule et de parler d'autre chose. C'est ainsi que l'on a bifurqué sur sa carrière européenne... Quand je pense que lorsqu'on lit les N° de" MIDI MINUIT", à cette époque là, il encensait le cinéma fantastique et la Hammer Film... Les gens changent. Une anecdote cependant, il y a quelques années, il est venu à Nice présenter le dernier volet "DU SEIGNEUR DES ANNEAUX" et comme je travaille de temps à autre avec la Cinémathèque de Nice, j'avais pensé à lui faire un petit hommage en diffusant quelques films  comme : "FRANKENSTEIN S'EST ECHAPPE", HURLER DE PEUR"... Lorsqu'il est arrivé à ACROPOLIS avec la directrice de la cinémathèque, Madame Odile CHAPELL, il a vu la programmation et a dit : "ENCORE CES MERDES".....

J'ai soupé avec Vincent Price à Paris avec mon ami et regretté Pierre Charles (rédacteur du zine CINE ZINE ZONE) et je peux affirmer que l'on a passé une soirée mémorable... Il fallait voir le grand Vincent parler de ses films en mimant les scènes les plus connues tout en débordant sur la cuisine, car c'est un grand maître dans l'art culinaire...

J'ai passé un délicieux après midi en compagnie de mon amour platonique, la ténébreuse Barbara Steele. C'était en Italie... De fabuleux souvenirs. Une femme exceptionnelle. Il parait que maintenant elle a bien changé....

A Paris en 1978, lors du Festival de la Hammer organisé par Pierre Benichou (auteur du livre "HORREUR ET EPOUVANTE") où étaient invitées Yvonne Romains, Yvonne Monlaur et Yvonne Furneaux.... De très belles soirées.

En Angleterre, lors d'un hommage à la Hammer j'avais rencontré aussi, Ingrid Pitt, Caroline Munroe, Michael Carreras personnage hautain et peu sympathique....

En 1977 à Nice j'ai interviewé l'immense Gordon Hessler venue aux Studios de la Victorine, afin de tourner un film qui ne vit jamais le jour....

Quand as-tu commencé à œuvrer dans le fanzinat et quelle était l'intérêt des amateurs à l'époque ?

J'ai commencé à oeuvrer dans le fanzinat en 1976 avec un fanzine "UNIVERS PARALLELES" où j'avais écrit un article sur les "SEVICES DE DRACULA". Puis je suis rentré durant quelques temps, parce que je connaissais très bien Alain Schlockoff à l'ECRAN FANTASTIQUE. Là je peux te dire que c'était la véritable jungle, car les méridionaux n'étaient pas les bienvenus. C'est là que j'ai connu Jean Claude Michel, Pierre Gires...

Ensuite j'ai crée "TENEBRES" qui a duré de 1978 à 1992. Ensuite plus rien. J'ai repris en 1997 en travaillant pour "FANTASTICORAMA" et pour "HAMMER FOR EVER", puis j'ai repris du service en 1998 avec LES MONSTRES DE LA NUIT

Il y avait beaucoup d'amateurs, je peux te dire qu'à cette époque je tournais avec plus de 15O abonnés!!! Et puis il y avait une multitude de fanzines (près d'une trentaine). On se donnait tous la main, on se faisait de la pub. On mangeait parfois ensemble. C'était vraiment l'amitié. Chaque fanéditeur avait son amateur et personne ne se volait les articles. Il y avait de quoi lire, bien sur Internet n'existait pas. Je crois que les gens avaient une autre vision du cinéma, et puis il restait quelques salles de quartiers... Encore une glorieuse époque à jamais disparue...

Tu as depuis longtemps collectionné affiches, pavés de presse et synopsis de films, as-tu débuté cette passion en travaillant dans les cinémas de Nice ?

J'ai commencé à collectionner à l'âge de 14 ans. Ca été d'abord les premiers films super 8 que je commandais aux Éditions de l'As d'Alain Schlockoff. Il avait fait un catalogue qui regorgeait de trésors allant de la Hammer, de l'Universal, de l'AIP. On pouvait commander des films muets, sonores, en 8, Super 8, 16mm seulement il fallait attendre 2 Mois, et tu peux le croire, c'était dur et je me souviens quand je rentrais de l'école et qu'il y avait dans ma chambre le paquet qui contenait les joyaux tant attendus... Des projections le soir où le faisceau lumineux de mon projecteur BAUER faisait apparaître des ombres monstrueuses sur les murs de ma chambre. Je souviens de "CAUCHEMAR DE DRACULA" ou de FRANKENSTEIN S'EST ECHAPPE" livrés avec le disque où étaient reproduits la bande son et les dialogues. Les fameuse maquettes "AURORA" que je montais très tard dans la nuit. Le monstre de Frankenstein la momie, Dracula, le Fantôme de l'Opéra", Le Loup-Garou se tenaient sur les étagères... Je découpais dans le journal "NICE MATIN" les pavés de presse, puis c'étaient les photos d'exploitations que me donnaient les directeurs de salles, car avec certains cinémas, je m'occupais de la programmation des films. Plus tard lorsque je faisais des samedis Épouvante, je gardais les affiches, car bien souvent elles finissaient à la poubelle. Quand je pense que beaucoup de directeurs de salles ont jeté des lithographies qui aujourd'hui sur Net atteignent des prix exorbitants...  Mais j'ai beaucoup acheté à l'étranger (Angleterre, Italie) A l'époque on trouvait pas mal de choses... Je sais que parfois, il m'arrive aujourd'hui de dépenser des sommes astronomiques sur ebay car le prix des affiches a littéralement changé. Quand je pense qu'en 1978 j'ai acheté à une vente aux enchères l'affiche l'ETRANGE CREATURE DU LAC NOIR au prix de 200 francs, on me l'a volé il y a bien longtemps et je l'ai racheté il y a deux ans au prix de 15OO euros... Mais bon lorsqu'on aime, on ne compte pas.....

Tu porte un regard très critique sur l'horreur actuelle, mais tu as quand même apprécié VAN HELSING, vois-tu de l'espoir de ce côté, suis-tu encore l'actualité ?

Je n'apprécie pas du tout le fantastique d'aujourd'hui! D'ailleurs je l'ai occulté depuis la sortie de MASSACRE A LA TRONCONNEUSE. Pour moi le fantastique est mort. J'ai horreur du "GORE". On fait de plus de remakes car le monde du cinéma est à court d'idées. Faire un remake de ce qui a été fait est totalement nul pour moi. C'est du copiage et ça n'amène rien et c'est mauvais! Quand je pense que l'on a refait des films comme  LE JOUR OU LA TERRE S'ARRÊTA, LE VILLAGE DES DAMNÉS, LE SURVIVANT... Je trouve cela désastreux. Et puis il n'y a aucune relève. Je m'intéresse beaucoup au cinéma français et aujourd'hui on ne peut pas remplacer des monstres sacrés comme Gabin, Jouvet, Ventura, Constantin, Frankeur et bien d'autres. C'est le même cas pour le cinéma fantastique, il n'y a aucune relève. Prenons le cas du film "LE CHOC DES TITANS" qui est excellent mais l'acteur n'a rien à avoir et ferait mieux d'aller faire du cabaret chez "MICHOU" à Paris. Je ne vais guère au cinéma voir des films d'horreur. Je garde un bon souvenir de "LA MAISON DE L'HORREUR" qui est un remake de LA NUIT DE TOUS LES MYSTERES", "LE GARDIEN DE NUIT" avec Nick Nolte m'avait impressionné. Bien sur il y LA LÉGENDE DU CAVALIER SANS TÊTE qui est un hommage à la Hammer Film, VAN HELSING est sublime et plus récemment LA MAISON DE CIRE est un film terrifiant. La qualité est très difficile à trouver, surtout lorsqu'on a été un défenseur du cinéma Bis... Mais pour moi, le fantastique est mort, l'Horreur survit mais ça se dégrade fortement...

Parle-nous de tes plus récentes publications, soit LES MONSTRES DE LA NUIT.

Les monstres de la nuit se portent moyennement. On ne peut pas dire que je fasse la fréquence de "TENEBRES". Je l'ai dit précédemment les gens lisent peu, surfent sur le Net et puis la vie a changé et surtout le pouvoir d'achat est là. Je pense que pour certains 15 euros c'est peut être cher, mais nous chez les fanéditeurs, on est continuellement en bagarre avec les imprimeurs qui eux ne baissent pas le coût des N°. Donc LES MONSTRES DE LA NUIT subissent cet effet. J'ai quand même une quarantaine de lecteurs fidèles. J'aimerai en avoir un peu plus et puis diffuser mon zine dans un autre pays, pourquoi pas au Canada.... Mais bon je continue. Le N°11 est sorti, je travaille sur le 12 et puis j'ai ce projet du livre sur Peter Cushing avec des illustrations à faire frémir....

Tu fais régulièrement des expositions d'affiches, est-ce facile de trouver des endroits pour exposer et rejoindre le public ?

Je fais régulièrement des expos. 1 fois par an. Là c'est la deuxième année que je fais MONSTERMANIA au cinéma Mercury. C'est de plus en plus difficile de trouver des emplacements qui soient d'abord d'une part gardé, que l'on ne puisse pas toucher aux affiches et puis il faut que ça intéresse celui qui prête la salle. Par exemple, il y a 4 ans j'ai exposé à VENCE, et j'ai fait une conférence sur la Hammer avec projections vidéos. Total des entrées / 14 dont un couple qui était venu du VAR... Je pense que les gens ne sont pas attirés surtout à Nice par ce genre d'exposition. Ils n'ont aucune approche de la création d'une affiche et de son auteur, car au niveau de la lithographie, le dessinateur est très important et chacun d'eux à sa propre empreinte. Je pense qu'à Nice, il y a très peu de connaisseur. Ben sur certaines personnes vont s'extasier devant LA NUIT DE LOUP GAROU ou L'EMPREINTE DE FRANKENSTEIN avec leurs sublimes couleurs, mais ne chercheront pas à savoir qui en est l'auteur et qu'a-t-il fait d'autres... Je serais ailleurs, je crois que ça marcherait, d'ailleurs tout comme mon collector...

Quelle est la question que l'on ne te pose pas et à laquelle tu aimerais répondre ?

La question que l'on ne me pose pas est celle-ci : avec cette passion qui vous ronge et qui vous prend des heures interminables de votre vie, avez-voua eu le temps de fonder une famille??? Je répondrai non, car en plus de mon ancien boulot de musicien plus cette formidable passion on n'a pas trop le temps de s'accrocher à une personne afin de lui consacrer un temps défini. Tous les collectionneurs que je connais et que j'ai connu étaient soit divorcés, soit ils vivaient en solitaire. Quelques rescapés, dont je fais partie, ont eu le bonheur de rencontrer quelqu'un qui puisse les comprendre, mais c'est très rare. Et puis on a chacun en nous un amour que l'on idolâtre, un amour caché dédie à une nymphette du cinéma bis. Moi ça été Barbara Steele et je ne me suis pas gêné de lui avouer... Cela m'a valut deux bises en plus... Petit veinard que j'ai été....Ah divine Barbara....

Un mot pour les visiteurs du Club des Monstres ? 

Pour ton site Mario, il est formidable et je ne peux qu'encourager tous ceux qui te rejoignent. Il faut aller sur ton site, à tout moment on découvre quelque chose... Je souhaite longue vie au CLUB DES MONSTRES. Et puis comme je l'ai dit lors d'une interview : nos sites sont des mausolées, lorsqu'on sera au royaume des immortels du cinéma, on laissera derrière nous une empreinte non négligeable et indestructible pour la future génération.

VIVE LE CLUB DES MONSTRE, VIVE LES MONSTRES DE LA NUIT, VIVE LE CINEMA BIS...

Merci Mario -  ERIC ESCOFIER   

RETOUR

ACCUEUIL | TENEBRES | MONSTRES DE LA NUIT | BIOGRAPHIE | PRESSE | EXPOSITIONS | FESTIVALS | COIN DU DVD BIS | LIENS

contact